Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Actualités

Publié le par Maître Xavier MORIN, Avocat permis de conduire

Le « petit dernier » de la grande famille des radars est en expérimentation.

Le radar fixe double face, est un radar qui a la particularité de prendre non plus un cliché du véhicule en excès de vitesse, comme c’était le cas auparavant (photo avant ou photo arrière), mais deux photos du même véhicule (photo avant et photo arrière).

Le Gouvernement espère ainsi que le pourcentage des clichés exploitables, (qui n’est actuellement que de 60 % pour les radars fixes automatiques) sera en nette hausse, que ce dispositif permettra une meilleure identification du conducteur de véhicule (grâce à une photo de la plaque avant et de la plaque arrière du véhicule), et un meilleur contrôle des deux roues.

En effet et selon les déclarations de Henri Prévost, délégué interministériel adjoint à la sécurité routière, « L'objectif est de réduire le nombre de flashs qui ne produisent pas de PV parce que la photo n'est pas exploitable ».

Premiers visés par ce nouveau radar : Les deux roues

Il est à noter que les véhicules à deux roues motorisés ne disposent que d’une plaque d’immatriculation, celle-ci étant située à l’arrière.

En cas de radar fixe flashant par l’avant, tout conducteur de ce type de véhicule est nécessairement épargné, la photo prise ne pouvant faire apparaître une plaque d’immatriculation.

L’objectif affiché du gouvernement, est d’éviter que les deux-roues échappent à la répression des excès de vitesse par radar fixe.

Les automobilistes eux-aussi sont « dans le viseur », et le gouvernement espère grâce au radar double-face, pouvoir verbaliser plus efficacement les contrevenants, par le biais de photos plus exploitables.

Il faut toutefois souligner, que si ce nouveau radar permettra à n’en pas douter une meilleure exploitation des clichés et donc un envoi plus systématique des contraventions, il n’est pas certain que les photos prises d’avant et d’arrière permettent une meilleure identification du conducteur du véhicule….

La contestation des procès-verbaux ainsi envoyés aux titulaires de la carte grise sera en tout état de cause toujours possible, et l’identification du conducteur du véhicule n’en sera peut-être pas plus certaine avec ces nouveaux radars fixes, qu’à l’heure actuelle.

En cas de contestation de la contravention, si la redevabilité pécuniaire du titulaire de la carte gris du véhicule concerné pourra être recherchée, le retrait de points sur le permis de conduire du conducteur poursuivi pourra être évité en cas d’identification impossible du conducteur.

L’intérêt de ce nouveau radar sera donc, à n’en pas douter… financier.

Maître Xavier MORIN, Docteur en Droit, Avocat au Barreau de Paris, expert en matière de permis de conduire plus de 15 ans.

mail : cabinet@maitrexaviermorinavocat.com

N'hésitez pas à me contacter au :

01 40 72 63 41 

(cette première consultation est sans engagement)

Maître Xavier MORIN, Docteur en Droit,

Avocat expert en matière de circulation routière et de permis de conduire depuis plus de 15 ans

 

Je vous indiquerai notamment lors de cet entretien téléphonique le coût que pourrait représenter votre défense, et l’honoraire proposé ne sera sollicité qu’après votre accord exprès sur l’engagement de la ou des procédures évoquée(s) entre nous.

 

* Répondant à nombre de personnes, il m'est toutefois impossible d'étendre le temps de cette première consultation au-delà d'une durée de 10 minutes ; Merci de votre compréhension.

 
 
Maître Xavier MORIN
Docteur en Droit,
Avocat au Barreau de Paris, 
6 Rue René Bazin - 75016 PARIS
Palais Paris A 933

Commenter cet article