Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les excès de vitesse commis dans un virage vont pouvoir désormais être sanctionnés par les radars autonomes

Publié le par MORIN Xavier

Selon l’Observatoire National interministériel de la Sécurité Routière (ONISR), près de 660 personnes en 2016 (500 automobilistes et 160 motards) sont décédés suite à un accident dans un virage (sortie de route, accident avec un véhicule roulant en sens inverse), ces accidents étant généralement aggravés par une vitesse excessive ou inadaptée.

Toujours selon l’ONISR, près d’une chute mortelle sur deux à motocyclette (43%) a lieu dans une courbe, les deux-roues motorisés étant particulièrement exposés au risque dans les virages.

Et la tendance semble notablement s’aggraver pour l’année 2017 puisqu’à ce jour, et en comparaison avec les 8 premiers mois de 2016, 59 motocyclistes de plus qu’en 2016 sont décédés.

 

Jusqu’alors, radars fixes ne pouvaient contrôler la vitesse qu’en ligne droite.

Tel n’est plus le cas aujourd’hui puisque les radars autonomes permettent dorénavant de contrôler la vitesse d’un automobiliste dans un virage.

Cette nouvelle fonctionnalité a été dûment homologuée par le LNE (laboratoire national de métrologie et d'essais) le 25 juillet 2017.

Les 248 radars autonomes vont donc pouvoir être positionnés non seulement en ligne droite mais également dans les lignes courbes, et notamment sur les axes connaissant des enchaînements de virages.

Les tous premiers radars autonomes ont été positionnés à l’approche d’un virage, le week-end dernier sur deux routes d'accès au circuit Paul Ricard (83), à savoir sur les départementales D2 et D402, pendant la célèbre compétition du Bol d’Or, dans le but (selon les termes employés par la Sécurité Routière), de protéger les participants.

Ces radars sont naturellement annoncés par un panneau informant de la possibilité d’un contrôle radar.

Des doubles glissières implantées dans les virages, auraient certainement été tout aussi efficaces pour protéger les deux roues, et auraient pu assurément être couplées, pour assurer encore plus de sécurité et tenter de faire baisser la mortalité des motards, à ce dispositif répressif des radars, qui eux toutefois font rentrer de l'argent dans les caisses de l'Etat...

Maître Xavier MORIN

Avocat au Barreau de Paris

Commenter cet article