Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alcool au volant : Peut-on refuser de se soumettre au contrôle d’alcoolémie ?

Publié par MORIN Xavier, Avocat permis de conduire

Le refus de se soumettre au contrôle d’alcoolémie est une infraction en soi.

Elle est équivalente à une conduite sous l’empire d’un état alcoolique correctionnelle, et équivalente aussi à une conduite en état d’ivresse manifeste.

La loi répressive a été mise en place sur ce plan, afin que la personne qui refuse de se soumettre soit punie tout aussi sévèrement que si elle conduit sous l’emprise de l’alcool.

Il faut noter qu’il est possible d’être poursuivi à la fois pour refus de se soumettre au contrôle d’alcoolémie, et conduite en état d’ivresse manifeste.

En substance, il n’est en principe pas possible de refuser de se soumettre à un contrôle d’alcoolémie, encore que, bien entendu, il faille que ce contrôle soit opéré conformément à la loi.

Par exemple, un dépistage de l’alcoolémie négatif ne permet pas aux agents de procéder à un contrôle éthylométrique de l’imprégnation alcoolique.

De même les conditions dans lesquelles le dépistage peut être opéré et la mesure éthylométrique subséquente, sont limitativement énumérées par le Code de la Route.

Ainsi, un officier de police judiciaire ou un agent de police judiciaire n’ont pas les mêmes pouvoirs pour ce qui concerne ce genre d’acte.

Si un officier de police judiciaire a toujours la possibilité de réaliser une auto-saisine et de procéder à ce genre d’investigations sur la base de certains constats préalables, un agent de police judiciaire lui, ne pourra agir soit que sur ordre, soit à raison de l’existence de faits particuliers (infractions susceptibles de faire encourir une suspension de permis de conduire ou accident).

N'hésitez pas à me contacter au :

01 40 72 63 41 

(ce premier entretien téléphonique est gratuit et sans engagement *)

 

Maître Xavier MORIN, Docteur en Droit,

Avocat expert en matière de circulation routière et de permis de conduire depuis plus de 16 ans

 

 

Je vous indiquerai notamment lors de cet entretien téléphonique le coût que pourrait représenter votre défense, et l’honoraire proposé ne sera sollicité qu’après votre accord exprès sur l’engagement de la ou des procédures évoquée(s) entre nous.

 

* Répondant à nombre de personnes, il m'est toutefois impossible d'étendre le temps de cette première consultation au-delà d'une durée de 10 minutes ; Merci de votre compréhension.

 
 
Maître Xavier MORIN
Docteur en Droit,
Avocat au Barreau de Paris, 
6 Rue René Bazin - 75016 PARIS
Palais Paris A 933

mail : cabinet@maitrexaviermorinavocat.com ou secretariat@xaviermorinavocat.com