Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Garde à vue : Peut-on me placer en garde à vue dans une procédure de conduite après usage de stupéfiant ?

Publié par MORIN Xavier, Avocat permis de conduire

L’article 62 du Code de Procédure Pénale prévoit que s'il apparaît, au cours de l'audition de la personne, qu'il existe des raisons plausibles de soupçonner qu'elle a commis ou tenté de commettre un crime ou un délit puni d'une peine d'emprisonnement, elle ne peut être maintenue sous la contrainte à la disposition des enquêteurs que sous le régime de la garde à vue.

L’article L 235-1 du Code de la Route disposant pour sa part que « toute personne qui conduit un véhicule ou qui accompagne un élève conducteur alors qu'il résulte d'une analyse sanguine qu'elle a fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants est punie de deux ans d'emprisonnement et de 4 500 euros d'amende ».

Le délit de conduite sous l’empire de stupéfiants étant passible d’une peine d’emprisonnement de 2 ans, l’article 62 du Code de Procédure Pénale trouve donc application et autorise le placement en garde à d’une personne contrôlée positive lors du dépistage, aux stupéfiants.

C’était d’ailleurs auparavant le cas systématiquement.

Aujourd’hui, la garde à vue est en principe moins utilisée et la loi prévoit la possibilité, pour le conducteur, d’accepter de suivre les agents de son plein gré, et dès lors d’éviter une mesure de garde à vue.

Désormais, l’article L 235-5 du Code de la Route, créé par la loi n°2011-392 du 14 Avril 2011 (art. 15), précise que « lorsqu'il a été procédé aux épreuves de dépistage et aux vérifications prévues par l’article L 235-2, le placement en garde à vue de la personne, si les conditions de cette mesure prévues par le code de procédure pénale sont réunies, n'est pas obligatoire dès lors qu'elle n'est pas tenue sous la contrainte de demeurer à la disposition des enquêteurs et qu'elle a été informée qu'elle peut à tout moment quitter les locaux de police ou de gendarmerie.

Ce texte signifie que le placement en garde à vue en cas de conduite sous l’emprise de substances ou plantes classées comme stupéfiants, n’est plus obligatoire à la condition que la personne concernée collabore de son plein gré avec les forces de police ou de gendarmerie.

Si en effet la personne accepte de suivre les agents, de répondre aux questions qui lui sont posées, de se soumettre aux tests de vérification de dosage des stupéfiants, et de rester à l’entière disposition de ceux-ci, elle ne sera pas « obligatoirement » placée en garde à vue.

La nécessité d’une mise en garde à vue sera donc librement évaluée par l’Officier de Police Judicaire, en fonction du degré de votre collaboration.

Si cependant le conducteur fait preuve de mauvaise volonté, il sera alors sans aucun doute placé en garde à vue…

N'hésitez pas à me contacter au :

01 40 72 63 41 

(ce premier entretien téléphonique est gratuit et sans engagement *)

 

Maître Xavier MORIN, Docteur en Droit,

Avocat expert en matière de circulation routière et de permis de conduire depuis plus de 15 ans

 

 

Je vous indiquerai notamment lors de cet entretien téléphonique le coût que pourrait représenter votre défense, et l’honoraire proposé ne sera sollicité qu’après votre accord exprès sur l’engagement de la ou des procédures évoquée(s) entre nous.

 

* Répondant à nombre de personnes, il m'est toutefois impossible d'étendre le temps de cette première consultation au-delà d'une durée de 10 minutes ; Merci de votre compréhension.

 
 
Maître Xavier MORIN
Docteur en Droit,
Avocat au Barreau de Paris, 
6 Rue René Bazin - 75016 PARIS
Palais Paris A 933

mail : cabinet@maitrexaviermorinavocat.com ou secretariat@xaviermorinavocat.com